-

QUE REPRESENTE WAVE?

Le Programme Central and West African Virus Epidemiology (WAVE) pour la sécurité alimentaire est un programme international dont l’objectif est de contribuer à la sécurité alimentaire en Afrique grâce à des efforts coordonnés pour contrôler la propagation des maladies virale des cultures de racines et de tubercules qui affectent les moyens de subsistance des petits exploitants agricoles d’Afrique.
Lancé en 2015 grâce à un financement de la Fondation Bill & Melinda Gates (BMGF) et du Foreign, Commonwealth and Development Office (FCDO), WAVE a mené une première phase de 5 ans réussie, incitant ainsi des bailleurs de fond à renouveler leur soutien pour une deuxième phase de quatre ans, avec une couverture géographique plus étendue.
Avec son siège en Côte d’ivoire, WAVE est mis en oeuvre dans dix (10) pays: Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon,Ghana, Nigeria, République Démocratique du Congo, Sierra Leone et Togo et est hébergé par treize (13) instituts nationaux de recherche agricole et universités.

POURQUOI WAVE?

Les plantes à racines et tubercules sont au centre des habitudes alimentaires des Africains. Particulièrement riches en protéines et en glucides, ces cultures vivrières représentent une importante source d’énergie pour le corps humain. De plus, la vente de produits manufacturés et industriels dérivés de ces cultures, génère ds revenus et des emplois pour de nombreuses populations africaines. Le manioc, l’igname et la patate douce sont essentiels pour la survie de milliers de petits exploitants agricoles africains. Toutefois, la production des plantes à racines et tubercules est soumise à plusieurs contraintes dont les principales sont des maladies virales. Compte tenu de leur importance pour la sécurité alimentaire et la stabilité économique de l’Afrique, WAVE a décidé d’être proactif. Le programme s’est donné pour mission de freiner la propagation  de ces maladies virales en mettant un accent particulier sur celles affectant le manioc.

LE MANIOC, UNE CULTURE VITALE

Le manioc a été désigné comme la « culture du XXIe siècle  » par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour sa résistance aux changement climatiques et sa capacité à relever les défis de la sécurité alimentaire. Aliment de base pour près de 500 millions d’Africains, le manioc est une culture abordable et facile à cultiver. Il peut également être transformé en divers aliments et utilisé à des fins industrielles. Aussi, la vente des produits manufacturés issus du manioc représente une importante source de revenus pour de nombreuse populations d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Toutefois, la production du manioc est soumise à plusieurs contraintes virales dont les principales sont : La maladie de la mosaïque du manioc (CMD) et la maladie de striure brune du manioc (CBSD).

Toutefois, la production du manioc est soumise à plusieurs contraintes virales dont les principales sont : La maladie de la mosaïque du manioc (CMD) et la maladie de la  striure brune du manioc (CBSD). La CMD est très répendue en Afrique et entraîne une perte de rendement de 40 à 70%. Quant à la CBSD, elle peut entraîner une perte de rendement de 100%. Elle est actuellement présente au Rwanda, au Burundi, au Sud Soudan, au Congo et en RDC et se propage vers l’Afrique centrale et occidentale. Une épidémie de ces deux principaux virus, en particulier la CBSD, serait un désastre total pour les petits cultivateurs africains.

Tirant les leçons des erreurs commises dans la gestion de l’épidémie  du virus Ebola, WAVE a décidé d’être proactif et de faire face à la menace des maladies virales du manioc en surveillant, en anticipant leur propagation dans les régions d’Afrique centrale et occidentale et en développant des mesures de contrôle préventif en collaboration avec les gouvernements.